Les actions

Le projet ADEPTE, coordonné par Stephane Troesch (Epur ANture) s’articule autour de 5 tâches :

Logique du projet

Tâche 1

Retour d’expériences autour des techniques extensives pour le traitement des rejets urbains de temps de pluie. Coordination Charlotte Mucig (Cerema / Dter Est)

Cette tâche a pour objectif d’établir, au plan national, un retour d’expériences sur les filières extensives (dont les filtres plantés) mis en œuvre pour traiter les eaux pluviales. Ce travail sera complété par un éclairage sur l’expérience internationale.

A l’issue de cette tâche un rapport synthétique avec fiches de cas sera produit ainsi qu’une base de données pouvant être incrémentée par la suite, base qui sera en accès libre sur le site web (cf. tâche 5). Les limites méthodologiques associées à la façon dont les données ont été produites par les acteurs interrogés seront discutées dans ce rapport.

Le rapport de synthèse dressera dans une première partie un panorama des techniques existantes et capitalisera les données relatives de façon à obtenir une première vision sur les paramètres orientant les choix de conception, de dimensionnement et d’exploitation et leur adéquation aux objectifs visés initialement. Les points suivants seront ainsi abordés :

  • influence du contexte environnemental local (topographie, pédologie, …),
  • influence du contexte climatique,
  • influence des caractéristiques qualitatives du rejet (unitaire, pluvial strict),
  • influence de la sensibilité du milieu récepteur sur les objectifs d’abattement (nature et taux),
  • influence de la proximité d’un milieu urbanisé (acceptabilité, nuisances…),
  • premières règles de dimensionnement et d’exploitation.

 

Tâche 2

Evaluations des aspects techniques, environnementaux et d’acceptation sur différents sites de filtres plantés de macrophytes instrumentés. Coordination Philippe Branchu (Cerema / Dter Ile-de-France)

Les 3 sites étudiés pour mener à bien cette tâche se situent en milieu urbain ou péri-urbain et traitent de rejets urbains par temps de pluie. Ces sites ont été choisis sur la base de différents critères (climatique, conception des filtres, type de RUTP …). Leur caractéristiques sont présentées ci-après :

Site du Grand Lyon (coordination du suivi expérimental Pascal Molle, Irstea) :

Le site de traitement des surverses de réseau unitaire par temps de pluie du Grand Lyon a été réalisé dans le cadre du projet Segteup (www.segteup.org). L’ouvrage, situé sur le territoire du Grand Lyon, est dimensionné pour traiter 26 600 m3/an (1500 m3/j qui correspondent à une pluie bi-annuelle). Les objectifs de traitement sont de 90 % pour les MES et la DBO5, 65 % pour la DCO et 60 % pour le NK. Le site a été mis en eau en Février 2012. Il s’agit d’un filtre à écoulement vertical, avec fond partiellement saturé et débit de drainage régulé.

Site de Metz Métropole (coordination du suivi expérimental Charlotte Mucig, Cerema / Dter Est)

Ce filtre, réalisé au cours de l’année 2011, se situe à proximité d’un quartier résidentiel (quartier des trois haies). Il est destiné à dépolluer les eaux pluviales issues de la zone Tournebride/CORA, afin de protéger la qualité des eaux du ruisseau du Canon Pré qui s’écoule vers les champs captant d’eau potable de Maison Rouge. Le ruisseau recevant directement les eaux pluviales polluées de la zone industrielle et commerciale, est ensuite dévié et amené à traverser dans son intégralité le filtre planté de roseaux. Cet ouvrage, est construit sur une parcelle de 5 000 m² et est constitué essentiellement d’un bassin ne dépassant pas 1,50 m de profondeur planté de roseaux

Site du Syndicat de l'Orge (coordination du suivi expérimental Philippe Branchu, Cerema / Dter Ile-de-France)

Le site francilien se situe sur le territoire du Syndicat de l'Orge. Ce site à pour objectif de réduire les impacts des rejets d’eaux pluviales sur le réseau hydrographique et d’autre part de développer des dispositifs de dépollution biologique. Achevée en août 2012, il est constitué d’un filtre vertical planté de roseaux, précédé d’un ouvrage de décantation et suivi d’une mare et d’une zone humide. Le bassin versant dont les écoulements sont interceptés par le projet est constitué d’une zone urbaine peu dense et traversée par une infrastructure routière, la RN20. Le projet couvre environ 5000 m², dont 2500 m² de filtre planté de roseaux. L’ouvrage est dimensionné pour assurer la rétention et la filtration intégrale de pluies de périodes de retour 6 mois.

Tâche 3

Elaboration d’un modèle simplifié de fonctionnement hydraulique et épuratoire de filtres plantés. Coordination Pascal Molle (Irstea).La construction du modèle simplifié pour l’élaboration du logiciel d’aide au dimensionnement (cf. tâche 4) s’appuiera sur le suivi expérimental des 3 sites de manière a définir et caler des lois d’infiltration, de drainage et d’évapotranspiration, pour la partie hydraulique, et des lois de performances épuratoires (rendement et/ou concentrations seuils) au regard des caractéristiques des évènements pluvieux. C’est lois seront confrontées à différentes données récoltées dans le cadre de ce projet et de projets précédents ou en cours au niveau national et international, sur des systèmes similaires. Ce modèle intégrera les paramètres clefs vis-à-vis du comportement hydraulique et épuratoire du filtre, à savoir l’incidence, sur les performances du système, des caractéristiques de conception (granulométrie, minéralogie et profondeur du substrat de filtration, présence ou non de zone saturée, zone de stockage…) et de l’événement pluvieux (intensité, durée). L’objectif de ce modèle simplifié sera ainsi, non pas de représenter finement les concentrations et leur évolution dans les rejets au cours d’un événement mais d’obtenir des données cohérentes au niveau de l’événement.

Tâche 4

Elaboration d’un logiciel d’aide à la conception de filtres plantés de macrophytes pour le traitement des rejets urbains de temps de pluie. Coordination Rémi Arnaud (Megao)

Cette tâche s’attachera à identifier le cheminement du questionnement et les éléments à intégrer dans le logiciel. Une analyse fonctionnelle fine sera réalisée pour déterminer les données d’entrée, les caractéristiques variables, les méthodes d’optimisation, les données de sortie et leurs incertitudes. Le logiciel sera réalisé en différentes phases (maquette fonctionnelle, version béta, version finalisée) pour permettre différentes phases de validation et de test par l’ensemble des partenaires académiques et industriels.

Tâche 5

Valorisation des travaux et diffusion des connaissances. Coordination Stéphane Troesch (Epur NAture)

Cette tâche a pour objectif de valoriser les apports du projet à destination première des acteurs économiques et des collectivités. Cela sera réalisé par la diffusion sur le site du projet des documents techniques et scientifiques liés à la présentation et aux résultats du projet, ainsi que par la création d’une journée technique de rendu du projet.


Page précédente : Moyens mis en oeuvre
Page suivante : Résultats attendus